Quels critères pour acheter un masque antipollution ?

Vous pouvez vous procurer un masque antipollution pour vous protéger contre les déchets présents dans l’air, qu’il s’agisse de poussière ou d’allergènes. Par contre, tous les masques antipollution ne présentent pas les mêmes caractéristiques. Ils se distinguent lorsque l’on prend en compte un certain nombre de critères pour le moins essentiels. Quels sont-ils ? Nous allons vous les révéler afin de vous permettre d’effectuer le meilleur achat de masque antipollution possible.

Critère n° 1 : à quel point le masque protège-t-il des particules fines ?

Le principe même qui fonde la fabrication d’un masque antipollution, c’est le filtrage des particules fines et microscopiques. Un masque est donc doté soit d’un système de filtrage, soit de valves qui sont censées filtrer dans une certaine mesure, l’air que l’on respire. Les différents masques proposés sur le marché sont donc dotés différemment d’un type particulier dudit système de filtrage.

Une fois ce principe identifié, l’on peut faire une classification générale des types de protections qu’offrent les différents masques que l’on peut trouver en vente. L’appréciation des performances d’un masque se fait suivant les normes officielles qu’il respecte. Ainsi, notez qu’il s’agit des normes qu’un masque respecte lorsque vous voyez dans sa description, les indications suivantes :

  • Norme N95 : signifiant que le filtre du masque concerné est capable de filtrer 95 % des particules microscopiques et que le masque n’est pas résistant à l’huile ;
  • Norme EN149 : norme concernant les masques antipollution jetables. Les niveaux de protection varient entre 1, 2 et 3, le 1 étant le moins performant et le 3 étant le plus optimal.

Critère n° 2 : le design du masque antipollution

masque antipollution

Le design du masque revêt en réalité deux aspects : les matériaux entrant dans la conception du masque antipollution et les valves du masque. Tout d’abord, le type de matériaux entrant dans la conception du masque est à prendre en considération pour effectuer votre achat. Vous devez savoir que les masques antipollution ne sont pas tous réalisés dans la même matière. Il y en a qui sont fait de tissus thermiques et d’autres, en tissus classiques. Tout dépend de votre préférence.

Lire aussi : Impédancemètre versus balance traditionnelle.

Le second aspect à considérer concerne, tel que nous l’avons mentionné plus haut, les valves du masque. Les valves du masque antipollution doivent être à la bonne taille afin de ne pas vous étouffer pendant que vous portez le masque ni vous empêcher de porter un casque, à moto.

Critère n° 3 : la durabilité du masque

masque antipollution

Il est vrai que vous ne pouvez pas vous assurer à 100 % de la durabilité d’un produit lorsque vous l’achetez. Cependant, vous devez avoir la possibilité de disposer auprès de votre vendeur, d’une garantie indiquant la durée minimum de vie du masque antipollution que vous achetez.

En règle générale, les masques antipollution jetables se distinguent sur ce point, des masques antipollution réutilisables. En effet, les premiers ne vous servent que pour une durée comprise entre 2 et 3 semaines. Les seconds, eux, sont bien entendu plus durables dans le temps, allant jusqu’à 2 ans – pour en savoir plus, vous pouvez lire mon site comparatif. Notez que l’entretien que vous apportez à votre masque et la fréquence à laquelle vous l’utilisez jouent également un rôle déterminant dans sa durée de vie.