Epandeur à fumier qu’est-ce que c’est ?

L’une des machines les plus utilisées dans l’agriculture de nos jours est indéniablement l’épandeur à fumier. Il est non seulement pratique, mais aussi et surtout facile d’usage avec un résultat impeccable pour vos semence. Il en existe plusieurs types en fonction de l’utilité de chacun d’eux. Dans cet article, nous vous présenterons l’épandeur à fumier, ses utilités et ses caractéristiques.

Le principe de l’épandeur

L’épandeur est de principe une machine qui sert à répandre de manière régulière et équitable des produits de divers types sur une surface déterminée. Que ce soit de l’engrais, du fumier ou des graines, vous pouvez utiliser votre épandeur. Elle peut être utilisé aussi bien sur une pelouse de quelques mètres carrés ou sur une exploitation agricole de plusieurs hectares. Tout dépend du type d’épandeur que vous utilisez et des besoins que vous avez.

La notion de fumier

épandeur à fumier

Le fumier est un mélange de matière organique obtenue grâce à l’association d’excréments, d’urine d’un ou de plusieurs animaux à de l’humus. Il est utilisé dans l’agriculture amateur ou à grande échelle comme fertilisant pour accompagner les sols. Il sert en effet à enrichir le sol et à entretenir sa fertilité.

Lire aussi : Manque de soleil dans votre vie de tous les jours, on a la solution!

L’épandeur à fumier

épandeur à fumier

L’association des termes épandeurs et fumier ne peut signifier qu’une seule chose : machine qui sert à répandre (répartir) de manière équitable et régulière du compost issu du compostage de fumier.

L’épandeur à fumier est en effet une machine agricole tracté par un tracteur qui permet aux exploitants agricoles de fertiliser leurs sols en répandant le fumier sur l’étendue de la surface du sol.

En fonction de la taille de votre exploitation, vous pourrez choisir entre des modèles allant de 5 à 20 tonnes avec des largeurs d’épandage allant de 2,5 à 4,5 mètres.

L’utilisation de l’épandeur à fumier

L’épandage du fumier se fait soit à vers le fin de l’hiver, soit au début du printemps. Il répond à la culture des exploitations de maïs, de tournesol ou de colza. En effet, le fumier, contrairement aux engrais chimiques n’est pas destiné à faire exploser les rendements de l’exploitant, mais seulement à maintenir la fertilité du sol.